Google exhorte le tribunal d'annuler l'amende UE de 1,6 milliard$

Google a demandé à la deuxième plus haute juridiction européenne de supprimer l'amende antitrust de 1,49 milliard d'euros (1,6$ US) infligée par les autorités antitrust de l'UE.
Google poursuivi en Justice par EU
 
Google, filiale d'Alphabet, a demandé lundi à la deuxième plus haute juridiction européenne de supprimer l'amende de 1,49 milliard d'euros (1,6 milliard de dollars) infligée par les autorités antitrust de l'UE il y a trois ans pour avoir gêné ses rivaux dans le domaine de la publicité en ligne.
 
 
Cette affaire est l'une des trois qui ont abouti à un total de 8,25 milliards d'euros d'amendes antitrust de l'Union européenne sur le moteur de recherche internet le plus populaire au monde.

Dans sa décision de 2019, la Commission européenne a déclaré que Google avait abusé de sa position dominante pour empêcher les sites web d'utiliser des courtiers autres que sa plateforme AdSense, qui fournissait des annonces de recherche. La Commission a déclaré que les pratiques illégales se sont produites de 2006 à 2016.

Google a ensuite contesté la décision de l'UE devant le Tribunal de première instance de Luxembourg. L'entreprise exposera ses arguments lors d'une audience de trois jours qui débutera lundi.

L'évaluation par l'autorité européenne de la concurrence de la position dominante de Google et la décision de la Commission selon laquelle les annonces de recherche et les annonces hors recherche ne se font pas concurrence étaient erronées, a déclaré Google dans un document judiciaire.
 
L'entreprise a également reproché à la Commission d'avoir qualifié d'abusives les clauses d'exclusivité, de placement prioritaire et de publicité minimale de Google.

Google a subi un revers l'année dernière lorsqu'il a perdu sa bataille judiciaire contre une décision antitrust de 2,42 milliards d'euros concernant l'utilisation de son propre service de comparaison de prix pour obtenir un avantage déloyal sur ses petits rivaux européens.
 

Historique de Google avec EU:

Le géant américain a écopé de cette amende pour abus de position dominante de sa régie publicitaire AdSense en 2019 . Il s'agit de la troisième sanction européenne contre lui en deux ans à cet époque.

 la Commission européenne a infligé à Google une troisième amende à dix chiffres, de 1,49 milliard d'euros, pour abus de position dominante, cette fois-ci via sa régie publicitaire AdSense. Cette nouvelle sanction faisait suite à l'amende de 2,4 milliards d'euros infligée en 2017 dans l'affaire Google Shopping, et à celle, record, de 4,3 milliards d'euros en 2016, relative aux abus liés au système d'exploitation Android. Google a fait appel des deux premières amendes et réservait sa décision sur AdSense.

8,2 milliards d'amendes en deux ans

Avec la décision de 2019, la firme de Mountain View occupait toutes les places du podium des plus grosses amendes jamais infligées dans l'UE pour concurrence déloyale. En moins de deux ans, Bruxelles lui aura intimé de verser plus de 8,2 milliards d'euros. Ce chiffre résume tout autant le gigantisme de Google et l'importance de ses abus que l'ampleur de l'offensive menée par la commissaire à la Concurrence.

L'ampleur de l'amende dans l'affaire AdSense est toutefois à relativiser. Au-delà de son impressionnant montant brut, elle ne représente « que » 1,29 % du chiffre d'affaires (CA) 2018 de Google, quand les textes autorisaient Bruxelles à monter jusqu'à 10 %.

Les États-Unis s’attaquent à Google

Google est-il en concurrence loyale ? Pas selon une affaire antitrust massive intentée contre le géant de la recherche par 17 États américains.

Google est la société adtech la plus puissante de la planète, et ses résultats financiers en témoignent. La société mère de Google, Alphabet, a massivement surperformé au dernier trimestre de 2021, augmentant ses revenus de 32% à 75 milliards de dollars et voyant une belle hausse du cours de son action, en contraste frappant avec son plus grand concurrent Facebook. Facebook a raté des bénéfices et a été victime d'une punition épique par le marché boursier à hauteur de 230 milliardsde dollars en valeur actionnariale.

Initiée par le Texas mais rejointe par 16 autres États dont la Floride, l'Alaska, l'Utah, l'Idaho et le Nevada, l'affaire remonte à juillet 2021, mais a été récemment modifiée à mesure que les États ont publié plus de détails. Rarement les medias qui ont parlé de cette plainte de 236 pages qui détaille les accusations les plus explosives contre Google aux États-Unis. 
Dans un article, intitulé Google Antitrust : les 14 allégations les plus explosives, forbes a listé 14 violations allégées à Google. 
 
À noter que Google nie toutes les allégations et intente une action en justice pour licenciement, alors faut prendre tout cela avec un grain de sel.